accueille livrel'auteurcontactrevue de presse
Laeken 10/12/2003
Anderlecht 15/12/1975
Zaventem 1/5/1985
Revue de presse
L'enfer des flammes.
Par Fanny Bouvry
(La Tribune de Bruxelles, le 16 décembre 2004 )

Derrière son objectif, Robert Dekock suit les pompiers de Bruxelles depuis des années. Il immortalise les flammes, les hommes, les larmes, le soulagement parfois. Aujourd'hui, il publie son recueil.

« Le poids des mots, le choc des photos, je n'ai rien inventé» Pour expliquer comment il en est arrivé là, à suivre les pompiers de Bruxelles pour photographier les incendies, Robert Dekock n'hésite pas à reprendre ce célèbre slogan d'un magazine français. « Au départ, la photo ne m'intéressait pas. Puis, j'ai reçu un reflex et je me suis formé en autodidacte. La photo charnière dans ma carrière, c'est celle faite en 1976 d'un pompier qui porte dans ses bras un enfant. Dans la presse, ils l'ont utilisée pour insister sur les risques d'abandonner les gosses seuls à la maison. Sans la photo, l'article serait passé inaperçu !
C'est comme ça que Robert Dekock a trouvé sa voie.

Avec les renforts.
Petit à petit, il s'est rapproché des pompiers, « une corporation pourtant assez cloisonnée », et assure depuis lors les photos pour leur fédération. Lors d'un incendie, chaque fois qu'un renfort bruxellois est appelé – c'est le critère -, Robert Dekock est contacté. A quelques pas du brasier, il fige l'action sur pellicule… Depuis 1974, il a ainsi réalisé 18.000 clichés, dont 400 sont compilés, par dates, dans le livre récemment paru, Images d'Enfer.
Tantôt c'est l'esthétisme d'un profil de pompier en proie à un ciel mordoré qui émeut, tantôt celui d'un visage déchire par le chagrin ou apaisé par des retrouvailles. Chaque image raconte, à elle seule, une histoire. « Dans l'ouvrage, j'ai essayé de garder un équilibre. Un incendie, ce n'est pas que des flammes, explique l'auteur. Il y a aussi derrière le feu, des drames humains. Mais mes photos sont très pudiques. Si je fais ce boulot depuis trente ans, c'est d'abord parce que je me suis fixé, dès le début, une grande éthique ».

Des clichés pédagogiques.
A travers cet album, Robert Dekock rend donc hommage a une profession. Mais au-delà de cette parution, ces clichés sont avant tout destinés, au jour le jour, au Service incendie lui-même. « Les apprentis peuvent y découvrir les réalités du terrain . Et les pompiers professionnels peuvent comprendre comment s'est déroulé l'incendie. Il y a aussi des usages inattendus, comme pour l'incendie de l'église des Riches-Claires. Pour restaurer l'édifice à l'identique, les architectes ont utilisé mes photos ! » Le travail de Robert Dekock a donc de multiples facettes. Prend-t-il des risques pour immortaliser les flammes ? « A 54 ans, on n'est plus une tête brûlée. Mais c'est clair qu'on a envie d'avoir le cliché le plus réaliste possible. Il y atoujours des risques. Lors de l'incendie d'une citerne de méthylethylcétone à Machelen en 1993, par exemple, ça pouvait exploser à tout moment. Dans ce cas, on y va et on espère avoir la baraka, ce jour-là. Un cliché que l'on retrouve en couverture du livre…

A lire : Robert Dekock, Images d'Enfer, publié à compte d'auteur. 38 €, non disponible en librairie.
Pour commander le livre
- web : www.imagesdenfer.com
- mail : info@imagesdenfer.com
- courrier : 37 rue de la Montagne – 1000 Bruxelles

Sommaire:
Images d'enfer. 25 ans de reportage photo

A découvrir. Images d'enfer

Trente d'ans «d'images d'enfer» à Bruxelles

Images d'enfer, un cadeau pour les fêtes

Un objectif au cœur du feu

Robert Dekock, l'œil des pompiers

Images d'enfer

Images d'enfer

A Lire : Images d'Enfer

Nouveau : Images d’Enfer

Images d’Enfer au plat pays

Images d'Enfer

Bruxelles de feu

Nous avons rencontré…

Images d’Enfer

Lu pour vous : Images d’Enfer

Lu pour vous : Images d’Enfer

Images d’Enfer

Images d’Enfer

© Robert DEKOCK 2004 - www.imagesdenfer.com - Contacter l'auteur
Toute reproduction interdite.